Novembre est un mois particulier en Ardenne, un tournant.
L’automne de couleurs s’est éclipsé, sans crier gare… deux jours de vent et de pluie ont suffit à tourner la page d’une saison.

Pourtant, de mon avis, l’Ardenne n’en est pas moins belle.
Son mystère est amplifié par les brumes persistantes… on est dans un entre deux qui profite probablement de l’impatience de l’hiver.
Je prends plaisir à observer la palette infinie de gris ou le dessin nouveau des arbres devenus squelettes pour quelques mois.
Ces nouveaux dessins sont une source d’inspiration inépuisable.

Novembre, c’est la force brute d’un cheval ardennais, la douceur de son pas dans le gris de brume.